Atlas des paysages du Morbihan

Accueil > PORTRAIT DES PAYSAGES DU MORBIHAN > Cornouaille intérieure > Le plateau de Guémené

Le plateau de Guémené

Des ambiances emplies de la forte présence de la végétation

Unité de paysage correspondant à partie est de l’ensemble formé par le plateau de Guémené et Gourin. Les composantes et les enjeux sont pour l’essentiel énoncés à l’échelle de l’ensemble de paysages de la Cornouaille intérieure


JPEG - 1.9 Mo
Carte de l’unité de paysage du plateau de Guémené

A l’est, le plateau se trouve en contact avec la vallée du Blavet, occasionnant de belles positions de belvédères.
Moins boisée qu’à l’ouest, cette portion du plateau est tout de même bien marquée par la présence des arbres, bois, bocage, ainsi que des enrésinements. La valeur paysagère des alignements d’arbres le long des routes est notable.

JPEG - 2 Mo
Langoëlan
La forte présence de la végétation marque les ambiances de l’unité de paysage et offre parfois, lors des parcours, d’agréables dispositifs d’articulation avec les prairies et les cultures.

On y rencontre de nombreux élevages, que l’on pourrait éventuellement mettre en relation avec la fameuse « andouille de Guémené ». Cependant, cette recette n’est associée à aucun terroir et ne fait pas l’objet d’une appellation protégée.

Guémené-sur-Scorff


La structure urbaine est particulièrement complexe. Initialement positionnée au bord du Scorff, la ville s’est étendue sur le plateau dans la direction opposée à la rivière. Son développement s’est effectué le long des infrastructures, dans une organisation de "boucles successives" peu lisibles et à l’intérieur desquelles des enclaves non bâties se sont formées. Il n’existe pas de relation entre la ville et le Scorff. La cité est tenue à l’écart par la route, la rivière reste dissimulée derrière un cordon boisé et n’est visible qu’à ses franchissements.


| Plan du site |