Atlas des paysages du Morbihan

Accueil > PRÉSENTATION DE L’ATLAS > Avant-propos

Avant-propos

Contribuer à l’émergence d’une véritable culture paysagère


Né de longs bouleversements géologiques dont les dernières manifestations datent d’environ 8000 ans, le Morbihan n’a été façonné par l’Homme que plus récemment. Dans les forêts qui couvraient ce territoire, il a dressé menhirs, dolmens et autres cairns, puis a créé le bocage, maillage de champs délimité par des haies et caractéristique d’un habitat dispersé. Si les légendes ont pu conquérir ces terres aux contours mystérieux, et les peupler de korrigans ou de Merlin l’enchanteur, l’homme a aussi, plus prosaïquement, structuré son territoire de cités marchandes, militaires et religieuses.

Sur le littoral échancré de multiples baies, le golfe ou « mor bihan » (petite mer, en breton) a donné son nom au département. Des villes portuaires comme Auray et Vannes s’y sont progressivement développées, tandis que Lorient naissait au XVIIe siècle d’une décision du pouvoir central. Entre ces villes côtières, les villages de pêcheurs bordent un littoral réputé hostile, dont les îles, au large, forment comme une avant-garde…

Le paysage s’est ainsi lentement formé sous l’influence de l’homme. Mais la révolution industrielle puis la révolution agricole vont faire évoluer la Bretagne et le Morbihan, aux paysages ruraux, vers une Bretagne davantage urbaine. De terre d’exode, la Bretagne devient terre d’accueil à la faveur de la nouvelle économie. On voit apparaître dans le département des paysages nouveaux liés à l’essor d’une agriculture plus productive accompagnée de sa filière industrielle agroalimentaire. Enfin le tracé d’un réseau routier rapide permet le désenclavement de la péninsule bretonne, ce qui est facteur d’un développement urbain et touristique particulièrement marqué sur le littoral autrefois paisible.

Considérés comme une composante essentielle du cadre de vie, le paysage et ses rapides transformations sont aujourd’hui une forte préoccupation des populations.

Participant de cette prise de conscience, et afin de répondre aux objectifs de la loi de protection et de mise en valeur des paysages de 1993, ainsi que de la convention européenne des paysages entrée en vigueur en France en 2006, les pouvoirs publics ont programmé en 2008 la création d’un atlas des paysages du Morbihan : Etat, Conseil général, Association des maires et présidents des EPCI du Morbihan et Conseil régional de Bretagne ont associé leurs compétences dans ce but.

Cet atlas des paysages du Morbihan était nécessaire à plusieurs titres :

- Un contexte géographique varié, marqué par l’opposition des paysages intérieurs et des paysages littoraux. De ce fait un outil pour mieux appréhender la variété de ces paysages est devenu un atout, dans un contexte d’évolution rapide.

- Une approche du paysage différente selon la perception de chacun, les sensibilités, les institutions, les habitudes socioculturelles... l’atlas des paysage tente de proposer un référentiel commun.

- Une nécessaire cohérence dans l’identification des enjeux de paysage, trop souvent circonscrits à leurs limites administratives sans forcément intégrer les éléments extérieurs à leurs territoires.

Ainsi, l’atlas des paysages du Morbihan se veut un outil d’aide à la décision, permettant de mieux connaître afin de mieux agir. Il doit contribuer à l’émergence d’une véritable culture paysagère chez les acteurs de l’aménagement : le paysage n’est-il pas l’élément principal de notre cadre de vie, c’est-à-dire un véritable sujet de société ?

JPEG - 120.3 ko

| Plan du site |