Atlas des paysages du Morbihan

Accueil > PORTRAIT DES PAYSAGES DU MORBIHAN > Reliefs des Landes de Lanvaux > Le plateau de Questembert

Le plateau de Questembert

Une campagne agrémentée par l’alternance de champs, de boisements denses et de haies

Cette unité appartient à l’ensemble de paysages des Reliefs des Landes de Lanvaux


    Plan :
JPEG - 1.4 Mo
Carte de l’unité de paysage du plateau de Questembert

 Description

L’unité se situe au sud-ouest du sillon du Loc’h et de l’Arz, inscrite à l’est dans le "coude" de la vallée de la Vilaine, et en transition douce au sud avec la plaine littorale de Muzillac. Questembert s’appuie sur le ruisseau du Moulin de Thonon qui marque nettement la limite ouest.

L’orientation générale est-ouest du relief est peu sensible et affaiblie par de nombreux ruisseaux dont le réseau mis en relief "brouille" les grands mouvements de la charpente naturelle.

La plateau est scindé en deux par une crête (est-ouest) qui délimite deux versants :

- un versant orienté au nord tourné vers le sillon de l’Arz et du Loc’h.

- un versant orienté au sud qui se dilate dans le bassin de l’Étier et de ses affluents. La vallée de la Vilaine est, quant à elle, tenue à l’écart par un coteau affirmé en rive droite.

JPEG - 133.4 ko
Coupe du plateau de Questembert
La coupe met en évidence le relief légèrement bombé du plateau, délimité par les versants boisés des vallées de la Vilaine au sud et de l’Arz au nord.

Des zones de bocages sont présentes sur l’ensemble de l’unité, mais elles sont surtout concentrées à l’ouest.
La végétation marque indifféremment les hauteurs et les fonds de vallées particulièrement enfouis. Elle ne donne pas de clés de lecture du paysage qui relève davantage d’une ambiance.

JPEG - 200.6 ko
Le plateau de Questembert à Caden
Une ambiance caractéristique des reliefs des Landes de Lanvaux : des dégagements cultivés alternent avec des boisements denses, lignes de bocages ou arbres isolés, offrant un cadre de campagne particulièrement agréable.

L’implantation des bourgs suit la logique générale de l’ensemble des reliefs des Landes de Lanvaux, en choisissant une fois de plus les rebord de crêtes, là où se condensent aussi les boisements qui parfois les étouffent.

JPEG - 244.4 ko
Centre de Rochefort-en-Terre
Les qualités pittoresques de la cité de Rochefort-en-Terre, et de ses espaces publics "incertains" dans l’articulation avec les propriétés.

Quand elles existent, les ouvertures donnent au paysage un souffle, le valorisent. Et tout particulièrement lorsqu’elles donnent à voir la charpente des reliefs, mettent en scène des pâtures, un ruisseau ou les grées, affleurements rocheux ponctués d’ajoncs et bruyères, qui donnent soudain un trait spécifique de caractère à ce paysage et en évite la monotonie.

JPEG - 113.7 ko
Des ambiances originales sur le plateau
Un paysage ouvert à la sortie de Rochefort-en-Terre. Le plateau de Questembert est valloné et présente de belles ouvertures.
JPEG - 350.8 ko
Rochefort-en-Terre
Vue sur les grées.

 Enjeux

Valoriser les positions de rebords et mettre davantage les bourgs en relation avec leurs vallées
- Retrouver et renforcer les structures paysagères qui contiennent les "épanchements urbains", notamment les clairières (Saint-Jacut-les-Pins, Caden...)
- Lier davantage les bourgs à leurs vallées en proposant des parcours depuis les centres vers les cours d’eau, et gérer soigneusement les rebords, éviter les occultations de végétation trop importantes
- Proposer des parcours depuis les centres-bourgs vers les cours d’eau
- Maintenir les ouvertures des grées par une gestion adaptée

JPEG - 1.7 Mo
Questembert, perception depuis la route
Les rares ouvertures sur le paysage mériteraient d’être davantage valorisées : ici la végétation du premier plan est à réduire, et le bâtiment d’élevage pourrait être mieux intégré au paysage.


Intégrer les formes urbaines dans le paysage
- Mettre un terme à l’étalement urbain le long des routes, pour l’habitat et les zones d’activités
- Intégrer les bâtiments d’élevage dans leur paysage, éviter les positions en crête et favoriser la constitution de clôtures végétales d’essences caduques, en évitant les haies monospécifiques de conifères. Utiliser des matériaux plus discrets, comme le bardage bois, et des couleurs sombres qui ne contrastent pas sur leur fond de végétation.

Valoriser les motifs de l’eau
- Faire découvrir les parcours de l’eau, dégager les cours d’eau potentiellement valorisables, rivière de l’Arz au nord, rivière de l’Étier au sud, à relier avec la vallée de la Vilaine.


| Plan du site |